GALETTES ET GÂTEAUX DES ROIS DES RÉGIONS DE FRANCE

L’origine de la galette remonterait aux Romains qui fêtaient les « Saturnales » en fin d’année en favorisant l’inversion des rôles afin de déjouer les jours néfastes de Saturne. Au cours du banquet, les Romains utilisaient la fève d’un gâteau pour tirer au sort le « roi d’un jour » qui était un esclave. Pour que l’élection soit juste, un enfant se glissait sous la table et attribuait les parts. En France, la tradition de partager le gâteau des rois remonte au XIIIè – XIVè siècle à l’Épiphanie, un gâteau étant partagé en autant de parts que de personnes présentes plus la part du pauvre.
La tradition de la fève remonte à la même époque. À Besançon, des moines élisaient leur chef de chapitre en insérant une pièce d’or dans un morceau de pain. Le premier tirage des rois eut lieu à la fin du XIVè siècle au couvent des dominicains de la papauté d’Avignon. La tradition est de demander à l’enfant le plus jeune de passer sous la table pour choisir « à l’aveugle » à quel convive sera attribuée chaque part.
Selon les régions et les traditions locale, le dessert des rois prend des formes et des parfums variés. Au XIVè siècle, s’est développée la coutume du « roi boit ». Celui qui tirait la fève se devait d’offrir une tournée à l’assemblée. Les plus avares avalant la fève pour ne pas avoir à régler la tournée, la fève en porcelaine a été introduite.
Au XVIè siècle, François 1er accorda le monopole des gâteaux des rois aux pâtissiers. Les boulangers contournèrent l’interdiction de vendre des gâteaux des rois en leur substituant des galettes.
À Paris, le pithiviers (gâteau à base de crème d’amandes originaire de Pithiviers située dans le Loiret) a évolué en une galette de pâte feuilletée fourrée à la frangipane (crème composée de deux tiers de crème d’amandes et d’un tiers de crème pâtissière).
Dans le sud de la France, il s’agit généralement de gâteaux (ou couronnes ou coques) des rois en pâte briochée aux fruits confits censés représenter les joyaux de la couronne à l’eau de fleur d’oranger. Dans le Nord à Dunkerque, il s’agit d’une galette beurrée garnie de crème pâtissière; et à Besançon, d’une galette en pâte à choux garnie de toutché (mélange d’oeuf, de crème fraîche et de sucre).

AUVERGNE-RHÔNES-ALPES
La pogne du Dauphiné (Romans)
BRETAGNE
La galette sablée bretonne
BOURGOGNE-FRANCHE COMTÉ
La galette comtoise ou bisontine
CENTRE VAL DE LOIRE
Le Pithiviers
FRANCE D’OUTREMER
La galette des rois créole
HAUTS DE FRANCE
La galette des rois de Dunkerque
ILE DE FRANCE
La galette des rois parisienne à la frangipane
NORMANDIE
La fallue normande des rois
Les nourolles normandes l’Epiphanie
NOUVELLE AQUITAINE
La coque des rois du Sud-Ouest
La couronne des rois bordelaise
Le garfou ou golfe béarnais, galette des rois béarnaise
La galette de Poitiers ou broyé du Poitou
OCCITANIE
La fouace aveyronnaise
Le gâteau de Limoux ou limos, gâteau des rois occitan
Le gâteau des rois catalan (tortell de reis)
PROVENCE – ALPES CÔTE D’AZUR
Le royaume, gâteau des rois provençal

Dicton :

« Pluie aux Rois, blé jusqu’au toit, et dans les tonneaux, vins à flots ».