CRÊPES DE LA MÈRE BLANC (VONNAS)

Les crêpes de la mère Blanc ou crêpes vonnassiennes, ou crêpes parmentières, sont de petites crêpes à base de purée de pommes de terre détendue avec du lait jusqu’à obtenir une pâte liquide, et cuites à la poêle.
Cette recette a été créée à Vonnas (Ain) par Élisa Blanc, surnommée la mère Blanc, grande cuisinière et grand-mère du chef cuisinier Georges Blanc.

Chaque année, cette spécialité est fêtée à Vonnas lors de la fête de la crêpe et du cheval tous les 1er dimanche de juillet depuis 1992.

Faciles et rapides à préparer, ces crêpes savoureuses se mangent salées en garniture d’une viande, ou en guise d’entremets, saupoudrées de sucre ou de cassonade et flambées au rhum.

Niveau de difficulté : facile
Temps de préparation :
Temps de repos :
Temps de cuisson :
Temps total :
6 personnes
600 g de pommes de terre
4 cuillères à soupe de lait
3,5 cuillères à soupe de farine
3,5 cuillères à soupe de blancs d’œuf
3,5 cuillères à soupe de crème fraîche
5 œufs

Préparation :

  • Peler et faire cuire les pommes de terre dans de l’eau bouillante.
  • Réduire en purée à la fourchette.
  • Ajouter le lait, la farine, la crème fraîche et les œufs et remuer jusqu’à obtenir une préparation homogène.
  • Dans un bol, battre les blancs d’œufs en neige.
  • Incorporer délicatement les blancs d’œufs en neige à la préparation avec une spatule en effectuant des mouvements lents de bas en haut jusqu’à obtenir un mélange onctueux.
  • Façonner de petites crêpes
  • Prendre une grande poêle en tôle bien plate.
  • Mettre suffisamment de beurre fondu comme pour une omelette (ou à défaut de l’huile).
  • Lorsque le beurre est très chaud, sur un feu vif, verser trois quarts de cuillère à soupe de pâte, les ronds se forment seuls.
  • Il est possible de faire cuire 5 à 6 crêpes dans une poêle de taille moyenne.
  • Faire cuire rapidement, retourner chaque crêpe avec une spatule plate et terminer la cuisson.
  • La cuisson terminée, dresser dans un plat de service, servir très chaudes.
  • Déguster !

Citation sur la cuisine :

« La cuisine n’est pas l’affaire des vieux : la preuve, c’est que quand nous avions dix ans, nos grands-mères étaient encore jeunes. »

André Daguin