CAILLETTE (DRÔME)

La caillette est un pâté à base de viande de porc grasse et maigre (viande, lard, foie, saindoux), de blettes ou épinards, salades (scarole ou frisée), aromates (sel, poivre, épices). Certaines recettes contiennent des œufs, des condiments (ail), des alcools, des noix ou des châtaignes. La préparation d’ingrédients hachés est moulée manuellement et recouverte de crépine avant ‘la cuisson d’être cuite.

Issu de la tradition charcutière ardéchoise, cévenole, drômoise, comtadine et varoise, ce pâté fabriqué lors de la tuade du cochon remonte au XVIe siècle. Pour les puristes, la véritable caillette avec de la salade viendrait de la Drôme; une variante existant en Ardèche avec des épinards ou des blettes. La ville de Chabeuil dans la Drôme est le siège depuis 1967 de la Confrérie des chevaliers du Taste-Caillette.

Facile à préparer, elle se déguste froide ou chaude, en entrée ou en plat principal accompagnée froide de salade ou chaude de pommes de terre cuites à la vapeur.

Niveau de difficulté : facile
Temps de préparation : 30 min
Temps de repos :
Temps de cuisson : 40 min
Temps total : 1 h 10 min
7 à 8 caillettes
250 g d’échine de porc
250 g de foie de porc
125 g de gorge de porc
100 g de crépine de porc
1 oeuf
400 g de blettes ou d’épinards ou moitié moitié
persil , thym
sel, poivre

Préparation :

  • Nettoyer et couper les légumes en morceaux.
  • Faire cuire dans une casserole d’eau bouillante.
  • Egoutter et couper très finement.
  • Hacher les différentes viandes et mélanger.
  • Ajouter lœuf aux légumes. Mélanger.
  • Ciseler le persil et le thym, ajouter au mélange de légumes et d’oeuf.
  • Mélanger les viandes avec le mélange d’oeuf, de légumes et herbes.
  • Saler et poivrer.
  • Façonner de petites boules et enrouler de crépine.
  • Préchauffer le four en mode statique à 210°C.
  • Enfourner durant 35 à 40 min.
  • Sortir du four et laisser refroidir.
  • Servir et déguster !

Citation sur la cuisine :

“Pour bien cuisiner il faut de bons ingrédients, un palais, du coeur et des amis.”

Pierre Perret