MOUCHOUS, MACARONS BASQUES

Les mouchous sont des macarons à base de poudre d’amandes, sucre et blancs d’œufs.

En 1948, au lendemain d’une fête, des ouvriers chargés de la fabrication des macarons auraient dissimulés une série à la recette improbable. Robert Pariès, petit-fils du fondateur de la maison, décida, dans un souci d’économie, de faire cuire cette préparation insolite. Agréablement surpris, il apporta quelques améliorations et baptisa ce macaron, « mouchou » (muxu ou musu signifiant baiser en basque) et chargea le grand peintre basque Ramiro Arrue de dessiner la boite.

Ce macaron, croustillant à l’extérieur, moelleux à cœur, à la forme stylisée d’une bouche et à la subtile saveur venant des meilleures amandes d’Espagne, est depuis le produit phare de la maison Pariès.

Niveau de difficulté : facile
Temps de préparation : 15 min
Temps de repos : 12 h
Temps de cuisson : 10 min
Temps total : 25 min + 12 h (repos)
Ingrédients : environ 15 macarons
165 g de poudre d’amandes
165 g de sucre en poudre
55 g de blancs d’œufs

Préparation :

  • Dans un bol, mélanger la poudre d’amandes avec le sucre puis ajouter les blancs d’œufs jusqu’à obtenir une pâte assez épaisse.
  • Ajouter éventuellement des arômes (poudre de cacao, vanille, pistache…) en formant des morceaux de pâte.
  • Faites tiédir la pâte dans une casserole en évitant de la brûler sur les parois de la casserole.
  • Mettre dans une poche à douille.
  • Sur une plaque du four munie de papier sulfurisé, former de petits tas de pâte de 5 cm de diamètre.
  • Laisser sécher à l’air libre jusqu’au lendemain pour qu’une légère croûte se forme.
  • Le lendemain, préchauffer le four en mode statique à 200°C.
  • Avec un couteau, faire une entaille au milieu de chaque macaron.
  • Enfourner et laisser cuire durant 8 à 10 min.
  • Sortir du four, verser un demi-verre d’eau sous le papier.
  • Décoller et réunir deux par deux.
  • Laisser refroidir.
  • Servir et déguster !

Citation sur la cuisine :

“La cuisine c’est un art qui, pour ne pas s’abâtardir, a besoin de fantaisie, d’un petit grain de folie.”

Yves Courrière